Daring to Hope (Traduction française à venir)

En 1942, par une froide nuit d’hiver, Rachel et Avrumeh parviennent à s’évader du ghetto de Siemiatycze (Pologne) avec leur fille Chana, âgée de quatre ans. En quête d’un refuge, ils sont refoulés par leurs amis les plus proches et contraints à l’errance dans la campagne, où ils ne peuvent compter que sur l’aide d’inconnus ou de simples connaissances. Pendant près de deux ans, chaque jour leur apporte son lot d'incertitudes, à eux comme aux courageux fermiers qui finissent par les cacher. Durant toute cette période, la jeune Chana est farouchement protégée par ses parents, qui lui apprennent à réprimer ses sanglots, à ne pas rompre le silence. Ce n’est qu’après la Libération que l'enfance de Chana commence véritablement et, des décennies plus tard, elle a enfin l'occasion d'honorer ceux qui ont sauvé sa famille. À travers deux témoignages, Daring to Hope, fait entendre les voix d’une mère et de sa fille, alors qu’elles témoignent des années sombres de la guerre et de l’amour qui a permis à leur famille de rester unie dans l’adversité

En bref
Pologne
Ghetto
Clandestinité
Camp de personnes déplacées (Italie d’après-guerre)
Immigration au Canada en 1948
Adaptation à la vie canadienne
Immigration en Israël en 1972 (Chana) et en 1985 (Rachel)
Adaptation à la vie israélienne

248 pages

Tranche d'âge recommandée
14+
Langue
Anglais

*Si vous êtes enseignant, vous pouvez commander gratuitement les ressources ici.

Photo of Chana Broder

À propos de l'auteure

Chana Broder est née en 1938 à Siemiatycze (Pologne). Après la guerre, elle a vécu dans un camp de personnes déplacées en Italie avant d'immigrer en 1948 à Montréal, où elle a poursuivi ses études, s’est mariée et a élevé ses enfants. En 1972, Chana a déménagé avec sa famille en Israël, où elle est devenue enseignante d'anglais langue seconde. En 2013, elle a retrouvé les descendants de ceux qui l’avaient sauvée pendant la guerre et les a fait honorer du titre de Justes parmi les Nations. Chana réside en Israël.

Photo of Rachel Lisogurski

À propos de l'auteure

Rachel Lisogurski est née en 1911 à Grodzisk (Pologne). Après la guerre, elle a vécu avec sa famille dans un camp de personnes déplacées en Italie, avant d'immigrer à Montréal en 1948. Afin de s’exercer à écrire en anglais, Rachel a consigné ses souvenirs de la guerre dans des mémoires en 1967. En 1985, elle a déménagé en Israël pour y rejoindre sa fille et ses proches. Rachel Lisogurski est décédée en Israël en 1998.

I often wonder now how I could even have thought of running away. Where did I get my faith in the future?