Le Refuge du silence

En 1940, installés dans le village isolé de Rogne, en Norvège, Margrit Rosenberg, onze ans, et ses parents pensent avoir enfin trouvé la sécurité qu’ils recherchaient depuis leur fuite d’Allemagne deux ans plus tôt. Que pouvait-il leur arriver dans un minuscule village ? Mais quand la guerre éclate en Norvège et que la persécution des Juifs se fait de plus en plus grande, les Rosenberg sont forcés de passer leurs hivers dans un refuge encore plus reculé – une petite cabane de montagne des plus rudimentaires, accessible uniquement en ski. Au début, l’isolement leur permet de se sentir en relative sécurité et de trouver une certaine tranquillité, dans un coin figé dans le temps. Mais deux ans plus tard, alors que les nazis commencent à arrêter et déporter les Juifs d’Oslo, les Rosenberg se retrouvent forcés de prendre la décision fatidique de faire confiance à la Résistance et d’affronter le danger en organisant leur fuite de la Norvège occupée par les nazis vers la Suède, pays neutre.

Préface de Robert Ericksen

At a Glance
Germany; Norway; Sweden
Escape
Hiding
Postwar Norway
Arrived in Canada in 1951
Educational materials available: Margrit Stenge Activity

272 pages

Recommended Ages
12+
Language
French

*Note: If you are affiliated with an educational institution, books can be ordered free of charge. For more information click here.

Photo of Margrit Rosenberg Stenge

About the author

Margrit Rosenberg Stenge was born in Cologne, Germany, on December 27, 1928. After the war, Margrit moved back to Oslo with her family and got married. She and her husband, Stefan, immigrated to Canada, settling in Montreal, in 1951. Margrit worked in administration for forty years, after which she translated six books from Norwegian to English, including Counterfeiter: How a Norwegian Jew Survived the Holocaust by Moritz Nachtstern (2008). Margrit Rosenberg Stenge passed away in 2021.

Explore this story in Re:Collection

Les nouvelles vont vite à la campagne. Quand j'ai commencé l'école, beaucoup de villageois savaient que j'étais juive, sans comprendre toutefois ce que cela signifiant.