Results

L'Aktion

Souvenez-Vous

Puis est arrivée la journée sanglante du 28 octobre 1942, qui restera gravée dans ma mémoire aussi longtemps que je vivrai. Cette date a marqué un tournant dans ma vie, car c’est le jour où je suis passé de l’enfance à l’âge d’homme, un homme au tempérament sérieux et réfléchi qui allait survivre à quatre années de détention dans de nombreux camps de concentration avec pour seule motivation de prendre sa revanche sur les Allemands assassins et sanguinaires.

Je vais maintenant vous raconter cette journée.

Ce matin-là, nous nous sommes levés pour aller travailler, quand tout à coup nous avons entendu notre mère crier alors qu’elle regardait par la fenêtre (qui était orientée vers l’extérieur du ghetto). Nous avons tous accouru pour jeter un œil et avons vu ce que nous redoutions depuis un certain temps : le ghetto était cerné de troupes SS spécialement formées à la « liquidation » (l’assassinat) de Juifs. Aujourd’hui, nous connaissons très bien la signification du mot Aktion. Il est synonyme de centaines de morts et de milliers de personnes emmenées vers une destination inconnue (plus tard, nous allions découvrir que ces destinations inconnues étaient en fait les crématoires de Belzec, Treblinka, Majdanek et bien d’autres encore, où nous avons perdu des millions de nos frères).

Veuillez pardonner, cher oncle, mes propos confus, mais lorsque je commence à me remémorer ces terribles moments, je peux seulement écrire mes souvenirs comme ils me reviennent. Bref, poursuivons.

Nous sommes assis et blottis les uns contre les autres dans une pièce, car nous n’avons pas le droit de sortir, et nous sommes à l’affût de tout bruit provenant de l’extérieur, où, en même temps, tout est très calme (le calme avant la tempête). Maman pleure très discrètement ; elle sait que quelque chose de particulièrement affreux va se produire. Nous essayons de la persuader que tout ira bien. Je tentais de me comporter en adulte, bien qu’ayant à peine 16 ans.

Nous pensions à vous qui, dans la lointaine Palestine, n’aviez probablement aucune idée de ce qui se passait ici.

Tout à coup, quelques coups de feu se font entendre, puis toute une salve. L’Aktion avait débuté ! Nous entendons des cris, des hurlements, des gémissements, et nous savons avec certitude qu’il doit y avoir beaucoup de morts. Maman pleure, comme notre petit cousin ; sa mère, tante Sally, et lui vivaient avec nous.

Puis nous entendons les pas lourds des SS qui se rapprochent. Ils sont là ! Nous sommes assis ensemble et nous nous serrons les uns contre les autres, dans l’attente que quelque chose de terrible se produise. Les pas s’arrêtent ensuite juste devant notre porte… Un grand boum et ils sont à l’intérieur, devant nous. Ces visages cruels aux sourires sadiques s’avancent lentement vers nous.

L’un d’entre eux se met à hurler : « Maintenant, je vais m’occuper de ces sales Juifs ! »

Une de ces brutes a commencé à frapper ma mère chérie. J’ai été soulevé d’indignation : mû par toute la haine que je ressentais envers cet animal qui osait lever la main sur ma mère, je me suis jeté aveuglément sur lui, les poings en avant. Moi, un garçon de 16 ans, attaquant le grand Allemand !

J’entends encore son rire mauvais qui se mêle aux cris de ma mère. C’est alors que j’ai ressenti un coup à la tête et que j’ai perdu connaissance. J’ai été laissé pour mort, gisant à terre, en sang. Le soir, quelques-uns des garçons employés à nettoyer les toilettes au quartier général de la Gestapo m’ont trouvé étendu par terre. Ils m’ont raconté que j’avais eu beaucoup de chance (j’avais beaucoup de chance, moi, celui qui en quelques minutes avait perdu tous les siens…). Je n’ai pas pleuré. Je me suis juré que, si je survivais, je me vengerais. Eh bien, j’ai survécu, mais je n’ai pas encore assouvi ma vengeance.

Passeur de mémoire/Souvenez-vous, Sam Weisberg, Johnny Jablon

En 1943, les aléas de la guerre et les persécutions ont conduit Sam Weisberg et Johnny Jablon au camp de Plaszow, en Pologne. Tout de suite, ils se retrouvent confrontés à la cruauté de son nouveau commandant, Amon Göth. Le hasard a voulu que Sam devienne le domestique de Göth, occupant un poste privilégié mais risqué, et que Johnny soit affecté à l’atelier de menuiserie où, malgré son statut de travailleur qualifié, il vit dans la peur permanente. Sam et Johnny empruntent ensuite des trajectoires divergentes, mais le souvenir de ce qu’ils ont subi à Plaszow leur rappelle constamment que tout peut se jouer en un instant. Passeur de mémoire et Souvenez-vous livrent les parcours différents et pourtant parallèles de deux hommes qui doivent se reconstruire après la guerre, et décider s’ils veulent ou non tirer un trait sur ce qu’ils ont vécu.

Préface de Joanna Sliwa

Read an excerpt

Order the book

+
At a Glance
Sam Weisberg:
Poland
Plaszow forced labour camp; concentration camps
Death march
Postwar Germany, displaced persons camp
Arrived in Canada in 1959
Johnny Jablon:
Poland
Plaszow forced labour camp
Auschwitz-Birkenau death camp
Death march
Postwar Austria, displaced persons camp
War Orphans Project
Arrived in Canada in 1948
Educational materials available:
Recommended Ages
16+
Language
French

256 pages

About the author

Photo of Sam Weisberg

Sam Weisberg (né Avraham Gajer) was born in Chorzów, Poland, in 1927. After liberation, Sam lived in the Bergen-Belsen displaced persons (DP) camp, where he met his wife, Rosa. They immigrated to Toronto in 1959. Sam Weisberg passed away in 2019.

Explore this story in Re:Collection

About the author

Photo of Johnny Jablon

Johnny (Ephroim) Jablon (né Jan Rothbaum) was born in Krakow, Poland, in 1926. After the war, Johnny lived in the Bindermichl DP camp in Austria. In 1948, as a war orphan, he immigrated to Montreal, where he still lives.

Explore this story in Re:Collection

// copy from old site and modified // memoirs-old/craft/templates/resources-for-educations/index // line 67-149