Results

J’ai emporté dans le bunker mon livre, Autant en emporte le vent, que je lisais depuis un moment, et que j’ai lu et relu plusieurs fois. Notre abri était éclairé et muni d’une petite trappe par laquelle nous pouvions aller prendre l’air durant la nuit, quand les nazis n’étaient habituellement pas en faction. Même ainsi, il fallait nous montrer prudents lorsque nous sortions, car des informateurs se faufilaient parmi nous et suppliaient qu’on les laisse entrer dans les bunkers. C’est ainsi qu’ils découvraient nos cachettes et en révélaient l’emplacement aux Allemands dès le lendemain. Ces derniers venaient alors avec des lance-flammes et de l’artillerie, et avertissaient les occupants que, s’ils ne sortaient pas dans la demi-heure, leur abri serait réduit en cendres. Les Allemands ont fini par détruire entièrement le ghetto en opérant de la sorte.

Nous vivions dans le bunker depuis trois semaines et nous n’avions pas mis le nez dehors depuis plusieurs jours. Nous ne parlions qu’à voix basse avec une pointe d’hystérie dans le ton. Puis la première semaine de mai, les inévitables coups ont retenti sur la trappe, et des voix nous sont parvenues des bouches d’aération. Nous avions été découverts. Les voix – je ne me souviens plus si c’était en allemand ou en polonais – disaient que, si nous ne sortions pas d’ici trente minutes, ils allaient lancer des bombes à gaz à l’intérieur et que nous allions tous mourir. Lorsque nous avons émergé, nous avons vu des Allemands accroupis, munis de mitraillettes. Ils ont incendié l’édifice malgré tout.

J’en ai gardé une image très nette : alors que nous sortions du bunker, nous avons vu des parachutistes allemands entièrement vêtus de noir, comme le diable en personne, affublés de casques noirs et munis de mitraillettes qu’ils portaient en bandoulière. Ils ne cessaient de hurler : « Hände hoch ! Hände hoch ! Nicht schießen ! »
(Les mains en l’air ! Les mains en l’air ! Ne tirez pas !) Ils pensaient que nous avions des armes et ils avaient peur de nous. J’en ai éprouvé une grande fierté.

Ils nous ont fouillés et forcés à nous allonger le long de l’immeuble, nous plaçant sous la surveillance de soldats ukrainiens. Désormais, les collaborateurs étaient ukrainiens, lettons ou lituaniens. Nous sommes restés ainsi durant un long moment alors qu’ils rassemblaient les habitants, les regroupant en files. Il faisait sombre quand nous nous sommes mis en marche, au milieu des bâtiments incendiés. Certains prisonniers tentaient de s’échapper en quittant leur file en courant ; un fugitif a détalé tout droit vers un immeuble en feu lorsqu’un des gardes l’a visé et a déchargé son arme sur lui. Hilare, le tireur ne semblait même pas se préoccuper d’avoir atteint sa cible ou non, car peu lui importait que l’homme meure par balle ou brûlé vif.

Ce souvenir a été le premier à me hanter régulièrement dans mes cauchemars. Pendant des années, j’ai rêvé qu’on me tirait dans le dos et que je mourais après m’être jeté dans les flammes.

Dans la chambre noire, Pinchas Gutter

Pinchas, 10 ans, est séparé de ses parents et de sa sœur jumelle durant leur déportation depuis le ghetto de Varsovie jusqu’au centre de mise à mort de Majdanek. Pinchas passe ensuite par une série de camps de concentration auxquels il survit grâce à sa faculté de se couper de la terreur environnante et de passer inaperçu, devenant pratiquement invisible. Mais après la Libération, sa mémoire photographique ne lui laisse aucun répit et Pinchas souffre de cauchemars et de flashbacks tandis qu’il se consacre à sa famille et tente de se libérer des séquelles de son passé. Au cours de ses séjours en Angleterre, en France, en Israël, au Brésil et en Afrique du Sud, Pinchas cherche à trouver sa place et choisira de faire du Canada son pays d’adoption. Récit poignant qui traite de la souffrance, de l’injustice et du traumatisme, Dans la chambre noire suscite également de l’espoir et de la confiance en l’avenir.

Préface de Stephen Smith

Read an excerpt

Order the book

+
At a Glance
Poland
Warsaw Ghetto Uprising
Majdanek multipurpose camp
Concentration camps and forced labour camps
Death march
Postwar England; France; Israel; Brazil; South Africa
Mental health struggles
Arrived in Canada in 1985
Educational materials available:
Recommended Ages
14+
Language
French

192 pages

About the author

Photo of Pinchas Gutter

Born in Lodz, Poland, on July 21, 1932, Pinchas Gutter was the only member of his immediate family to survive the Holocaust. In 1945, he was liberated and taken to Britain. Pinchas lived in France, Israel, Brazil and South Africa before immigrating to Canada in 1985. He is the first Holocaust survivor to be immortalized in an interactive three-dimensional projection in the USC Shoah Foundation’s Dimensions in Testimony. Pinchas lives in Toronto.

Explore this story in Re:Collection

// copy from old site and modified // memoirs-old/craft/templates/resources-for-educations/index // line 67-149