Le Programme des mémoires de survivants de l’Holocauste

David Newman

More Information

Map

Né(e)
11 décembre 1919 Chmielnik, Pologne

Map of Mukacevo, Czechoslovakia

Immigré(e)
1951 Toronto

Les dons de David Newman comme musicien et professeur l’ont plongé dans des années de violence pendant la guerre. Arraché à sa famille en Pologne et déporté vers un camp de travaux forcés à Skarżysko- Kamienna, David a lutté contre le désespoir et le nombre croissant de morts en écrivant des chansons, des poèmes et des satires sur la vie au camp. Plus tard, au camp tristement célèbre de Buchenwald, la Résistance l’a recruté pour une action clandestine destinée à protéger les enfants juifs du camp. Avec ses chansons émouvantes et ses leçons pour les enfants, David a réussi à éveiller une flambée d’espoir, aussi bien en lui qu’en ceux qui l’entouraient.

David

David Newman est né à Chmielnik, en Pologne, en 1919. Il a immigré à Paris avec sa femme, Anna, et leur fils, Jack, en 1946. En 1951, la famille Newman a immigré à Toronto, où leurs enfants, Jack et Gloria, ont grandi. David a collaboré comme acteur à des productions de théâtre yiddish, a enseigné le yiddish à d’innombrables élèves et a cofondé la congrégation Kol Yisroel au Borochov Centre. David Newman est décédé en 2002.

Photos et Objets

  • David Newman larger image and caption

    Le grand-père maternel de David, Eliezer Dajtelbaum. Chmielnik, Pologne, date inconnue.

  • David Newman larger image and caption

    La grand-mère, les oncles et les tantes de David. Chmielnik, Pologne, date inconnue.

  • David Newman larger image and caption

    David, à l’âge de 10 ans, avec ses sœurs Tova Leah, 12 ans, et Faigele, 4 ans. Chmielnik, Pologne, 1929.

  • David Newman larger image and caption

    Itchele Neiman, le père de David. Chmielnik, Pologne, vers 1930.

  • David Newman larger image and caption

    La future femme de David, Hanka (deuxième à partir de la droite, à vélo), et la tante de Hanka, Esther (troisième à partir de la gauche), en route vers Łódź après la Libération. 1945.

  • David Newman larger image and caption

    David et Hanka le jour de leur mariage. Łódź, 14 octobre 1945.

  • David Newman larger image and caption

    David, Hanka et la tante d’Hanka, Esther. Łódź, 14 octobre 1945.

  • David Newman larger image and caption

    Pièce d’identité certifiant que David Newman (Najman) a été détenu au camp de Buchenwald durant la guerre. Landsberg, Allemagne, 1946.

  • David Newman larger image and caption

    Pièce d’identité d’Anna Newman, 1946.

  • David Newman larger image and caption

    David et Hanka avec leur fils, Isaac (Jack). Landsberg, Allemagne, December 1946.

  • David Newman larger image and caption

    Le fils de David et d’Hanka, Isaac, à l’âge de 1 an. Paris, 1947.

  • David Newman larger image and caption

    David et sa femme, Hanka (au centre), avec des cousins et des amis. Paris, 1947.

  • David Newman larger image and caption

    Portrait de famille à Paris. À l’arrière-plan, de gauche à droite : la cousine de David, Arlette; Hanka; David; et le cousin de David, Fernand. Rangée du milieu (au centre) : la tante d’Hanka, Esther, et son mari, Léon. À l’avant-plan : le fils de David et d’Hanka, Isaac, et sa cousine Sabina. Paris, vers 1949.

  • David Newman larger image and caption

    David Newman. Paris, vers 1950.

  • David Newman larger image and caption

    Le fils de David, Isaac (Jack), et sa cousine Sabina. Paris, été 1950.

  • David Newman larger image and caption

    David (deuxième à partir de la gauche) à qui l’on avait demandé d’être cantor, mais qui avait plutôt choisi de chanter au sein même du chœur à la Hebrew Men of England Synagogue. Toronto, 1951.

  • David Newman larger image and caption

    David avec des membres de sa famille à Paris. À l’arrière-plan : l’oncle de David, Charles (à gauche), et David. À l’avant-plan, de gauche à droite : le fils de David, Isaac; tante Fela; la femme de David, Hanka; et Toni, la fille d’oncle Charles et de tante Fela. Paris, 1951.

  • David Newman larger image and caption

    La femme de David, Hanka, et leur fils, Isaac (Jack), sur le General Taylor, en route pour Halifax. Avril 1951.

  • David Newman larger image and caption

    David et sa femme, Hanka, dansant lors d’une soirée. Toronto, 1953.

  • David Newman larger image and caption

    David et sa femme, Hanka, avec des membres du Club Ten (le Club des dix), un groupe de couples survivants de l’Holocauste formant une famille substitue élargie. Toronto, années 1950.

  • David Newman larger image and caption

    David et sa femme, Hanka, avec des membres du Club Ten (le Club des dix), un groupe de couples survivants de l’Holocauste formant une famille substitue élargie. Toronto, années 1960.

  • David Newman larger image and caption

    David et sa femme, Hanka, avec les leurs amis du Club Ten (le Club des dix). Toronto, années 1970.

  • David Newman larger image and caption

    La fille de David, Gloria, le jour de son mariage. De gauche à droite : David; sa femme, Hanka; et leurs enfants, Gloria et Jack. Toronto, années 1970.

  • David Newman larger image and caption

    David et sa fille, Gloria. Toronto, années 1970.

  • David Newman larger image and caption

    David et le président d’Israël, Ephraim Katzir. Jérusalem, 1973.

  • David Newman larger image and caption

    David et sa femme, Hanka, avec les leurs amis du Club Ten (le Club des dix). Toronto, années 1980.

  • David Newman larger image and caption

    David (à l’extrême gauche) figurant dans une publicité annonçant les prochaines représentations de la pièce Come Blow Your Horn.

  • David Newman larger image and caption

    David interprétant le rôle du père dans la pièce Come Blow Your Horn.

  • David Newman larger image and caption

    David enseignant le yiddish. Toronto, 1995.

  • David Newman larger image and caption

    David (au centre) avec des élèves de sa classe de yiddish, Rabbi Korn et Lou Gula. Toronto, 1995.

  • David Newman larger image and caption

    David (à l’extrême droite) avec ses élèves de sa classe de yiddish à la congrégation Adath Israel. Toronto, 1995.

Le livre

Cover of Les Refrains de l’espoir (Traduction française à venir)

Les Refrains de l’espoir (Traduction française à venir)

Plus nous souffrions, plus notre désir de vivre se renforçait. C’était notre façon de résister à l’humiliation.

More Survivors

Close

Les Refrains de l’espoir (Traduction française à venir)