Le Programme des mémoires de survivants de l’Holocauste

Blog Post Intro

L’Holocauste a eu lieu entre 1933 et 1945, alors que les nazis cherchaient à anéantir la population juive d’Europe. Adolf Hitler, chancelier d’Allemagne et fondateur du parti nazi, tenait les Juifs responsables des difficultés que connaissait la nation. Il a coordonné ses efforts de propagande pour convaincre les Allemands que l’élimination des Juifs, qu’il voyait comme des sous-hommes, donnerait naissance à une nation pure et forte, composée de ce qu’Hitler appelait « la race aryenne ». Les nazis ont aussi persécuté d’autres peuples et groupes considérés comme non conformes à l’idéologie aryenne : les Tsiganes ou les Sinté les Témoins de Jéhovah, les homosexuels, les handicapés et les ennemis politiques.

Blog Post

La nomination d’Hitler en 1933 a été suivie de l’introduction de mesures antijuives, des lois discriminatoires qui se sont intensifiées avec chaque nouveau décret.

Placeholder

Harlingen, Pays-Bas. Deux enfants portant les étoiles jaunes exigées par les nazis pour indiquer qu'ils sont juifs. Yad Vashem.

Puis, le 1er septembre 1939, l’invasion de la Pologne par l’Allemagne a déclenché la Deuxième Guerre mondiale. Les nazis et leurs sympathisants ont étendu leur campagne de persécution à tous les pays occupés par l’Allemagne, regroupés dans un ensemble connu sous le nom de IIIe Reich. Beaucoup de Juifs ont été confinés dans des ghettos à travers toute l’Europe, où ils ont souffert de la famine et des maladies. Dans tous les pays où les Juifs ont été persécutés, des individus et des groupes ont cherché à assurer leur survie et à organiser une résistance contre les nazis. Tragiquement, leurs appels à l’aide ont souvent été reçus dans l’indifférence, soit par antisémitisme, soit par peur des représailles.

En 1942, les nazis ont mis en place la « solution finale », un euphémisme pour désigner le meurtre systématique de toutes les populations juives d’Europe. Des communautés entières ont été massacrées par les Einsatzgruppen, des unités mobiles de mise à mort. Des individus qui ne pouvaient ni s’enfuir ni disparaître dans la clandestinité ont été raflés et déportés vers des camps de travaux forcés, des camps de concentration ou des camps de la mort. Certains travailleurs-esclaves ou prisonniers dans les camps nazis ont survécu, mais la grande majorité des Juifs a été décimée, la plupart d’entre eux surtout dans les centres de mise à mort de Chelmno, Treblinka, Majdanek, Belzec, Sobibor et Auschwitz-Birkenau.

Quand la Deuxième Guerre mondiale a pris fin en 1945, plus de six millions de Juifs avaient péri dans l’Holocauste.
Placeholder

Birkenau, Pologne. Des femmes et des enfants se tiennent sur le quai de sélection, 1944. Yad Vashem.

L’existence de survivants et de leurs témoignages sont la preuve que la « solution finale » n’a pas fonctionné. On ne doit pas oublier, cependant, que plus des deux tiers de la population juive d’Europe a disparu.

L’ampleur de la destruction perpétrée par les nazis reste sans précédent. Pour avoir accès à de plus amples détails sur l’Holocauste et son importance historique, la Fondation Azrieli vous recommande les sites suivants :